Chapitre 5 : Yellow

Coldplay – Yellow

(… And it was all yellow ! Au delà de la blague un peu facile, une des chinoises m’a fait découvrir une de ses chansons préférées de son groupe préféré, qui reprend l’air de Yellow, je vous laisse découvrir cette pépite (sous-titrée en coréen si ça peut aider))

Ça y est, après un peu moins de 20 jours, je suis parti de Whitianga et du Motel Albert Number 6. Malgré tous les bons moments (balades magnifiques, super rencontres et parties de  » trou du cul » – imaginez l’accent chinois, allemand ou australien) je crois qu’il était temps. Dans un endroit comme celui-là l’ambiance dépend surtout des personnes qui y dorment, et contrairement au cliché qui voudrait que les asiatiques plombent l’ambiance en restant entre eux, j’aurai trouvé la première semaine beaucoup plus sympathique.

Sans vouloir rejeter la faute entière sur elle ni enchaîner sur des généralisations hâtives, la française arrivée vendredi soir (la seule que j’ai rencontrée ici pour l’instant) est sûrement la personne la plus antipathique que j’aie croisée pour le moment : elle était plutôt fermée au dialogue interculturel, préférant rester dans son coin à regarder des films (je veux dire un de temps en temps pourquoi pas mais y passer tout son temps libre sans s’intéresser aux autres…) et assez peu respectueuse des valeurs de confiance et de partage qui sont quand-même à la base de systèmes comme le HelpX (pour ne pas dire radine)…

C’est dommage parce qu’ici, et ça vous ne les voyez pas sur les photos, on fait chaque jour de super rencontres, que ce soit avec les locaux toujours souriants et prêts à aider où avec les nombreux autres étrangers qui sillonnent le pays. On arrête pas de découvrir coutumes locales, anecdotes de voyage et conseils de backpackers, chacun étant dans une logique de découverte et d’ouverture le dialogue s’installe toujours très facilement et naturellement, en attendant le bus, en partageant une chambre, en commandant un « take away » ou même sur le parking de Cathedral Cove où j’avais pu discuter avec une ancienne, venue avec son amie, qui regrettait de ne plus pouvoir faire la marche d’approche.

J’aurais quand-même eu le temps de faire deux petites marches avant de quitter les lieux : la première vers un « bike park » dans les collines surplombant la ville au Sud-Ouest (après une très longue marche entre la nationale et l’aérodrome), et la deuxième le long de la plage vers le Nord pour une autre vue.

Mais donc hier me revoilà reparti pour Albany, lointaine banlieue septentrionale de la tentaculaire Auckland. Pour faire un petit aparté « Aménagement du Territoire », on ne peut pas avoir idée en restant en France de ce que sont vraiment l’étalement urbain ou le « tout-voiture ». Il n’y a qu’1,5 million d’habitants à Auckland (plus grande ville du pays devant la capitale Wellington), soit à peine plus qu’une ville comme Toulouse, mais la ville est incroyablement étendue (les seuls immeubles sont dans le CBD, le centre-ville), et il faut presque une heure et demie de voiture pour aller de Papakura (banlieue Sud) à Albany (banlieue Nord, je vous ferai une carte quand j’aurai le temps). Il y a tout de même des trains de banlieue dans toutes les directions, sauf le Nord justement. On prend donc le Northern Express, bus en site propre sur l’autoroute qui coûte 6$15 (4€) l’aller.

Maintenant si on m’avait demandé il y a un mois où je pensais dormir ce soir, j’aurais sûrement pu tout envisager sauf la situation actuelle. J’ai eu le plan par Kuki, une amie chinoise rencontrée à Whitianga : c’est une maison complètement perdue dans les collines au dessus d’Albany, tenue par un Taïwanais (qui parle approximativement 3 mots d’anglais et répète tout le temps « ok, ok, ok » autant pour me mettre en confiance que pour se rassurer lui-même) et habitée par une vigtaine de Taïwanais, chinois, Hong kongais, singapourens et malais. Quelques part entre l’auberge de jeunesse et la guesthouse. La vue est super belle mais c’est un peu isolé, Puremoremo Road que ça s’appelle !

 

L’ambiance est plutôt sympa (je suis le premier européen ici, je me sens un peu comme Christophe Colomb ou Marco Polo), tout n’est pas hyper propre mais je pense avoir trouvé l’hébergement le moins cher du coin, et sûrement le plus proche de la ferme où je vais travailler. J’y suis allé cet après-midi (il faut quand-même une voiture ou un vélo…) et je suis embauché pour cueillir des fraises à partir du 10 octobre (le printemps arrive)… C’était pas bien dur (grâce à Kuki encore) !

 

Ma "nouvelle maison" et la vue (zoomez vous verrez la Sky Tower au fond)
Ma « nouvelle maison » et la vue (zoomez vous verrez la Sky Tower au fond)

 

Ce week-end, je pars pour 2 jours pour le Northland et Whangarei avec 2 français rencontrés via un groupe facebook, je vous raconterai ça !

 

 

4 réflexions sur “Chapitre 5 : Yellow

  1. Aldrovandi

    Je viens seulement de comprendre qu’en cliquant sur la référence musicale, je pouvais écouter la chanson! C’est super : tu fais mon apprentissage informatique à distance…

    J’aime

  2. Barthe

    Super Robin! Après quelques semaines de rentrée universitaire à Toulouse, vous nous faites rêver et on aurait presqu’envie de larguer les amarres pour venir à la cueillette des fraises!! Bonne continuation dans vos aventures! Laurence Barthe

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s