Chapitre 18 : Du Nord au Sud

Louise Attaque – Du Nord au Sud

Taupo est une ville assez agréable, située à la pointe du lac du même nom (pour être exact il faudrait écrire « Taupō », ce petit signe signifiant que la voyelle est longue), à l’endroit où il se déverse dans la rivière Waikato (la plus longue du pays), on la retrouve à Hamilton. C’est une ville balnéaire mais on y est un peu moins pris d’assaut par l’industrie du tourisme qu’à Rotorua. Par contre, qu’est-ce qu’il fait chaud !

image

Le 23, jour de mon arrivée à Taupo, je me rends directement aux Huka Falls, situées à 1h30 en aval sur la rivière Waikato. Le chemin est très agréable bien qu’un peu trop ensoleillé, heureusement la rivière rafraîchit un peu l’air.

 

 

Le lendemain je ne fais pas grand chose, un peu épuisé par toutes ces journées à courir sous le soleil. Je vais quand même retrouver les allemandes de Rotorua dans la soirée, et le lendemain Faith, une singapourienne rencontrée à Whitianga, qui revient de l’île du Sud et arrive bientôt à la fin de son visa de 6 mois. Comme quoi c’est quand-même petit la Nouvelle-Zélande !

image

Le même jour un peu après midi, je prends le bus pour Napier, sur la côte Est. La route entre les 2 villes est assez montagneuse, on traverse la principale chaîne de montagnes de l’île. Une fois arrivé ce sont des amis malaisiens que je retrouve cette fois ! Ils ont trouvé du boulot dans les pommes et dorment à l’Aqua Lodge, une auberge de jeunesse constituée de 3 pavillons transformés pour accueillir des voyageurs. C’est vraiment un endroit accueillant !

On peut notamment emprunter un vélo au Lodge pour aller se balader en ville,  ce que je fais. Comme me l’avait dit une habitante qui m’avait prise en stop, Napier est une des rares villes du pays à être plutôt sympa, ayant été reconstruite dans un style Art Déco après sa destruction par un séisme en 1931. Le soir enfin, c’est barbecue sur la plage avec une quinzaine d’habitants du Lodge.

 

Bien que la ville m’ait pas mal plu, je repars dès le lendemain pour la capitale, Wellington ! La route est assez longue (environ 5h) et l’on traverse d’abord une contrée de collines assez sèches, à l’herbe jaunie, ce qui est assez nouveau ici. Une des villes traversées s’appelle Dannevirke, elle a été fondée par des colons scandinaves que le gouvernement avait fait venir il y a un siècle pour déboiser la région. On passe aussi par une très belle gorge avant de faire escale à Palmerston North et de poursuivre vers le Sud.

Mon auberge est implantée dans un hôtel juste en face de la gare de Wellington. C’est joli comme ville, d’autant plus sous le soleil, bâtie sur des collines entre la baie et l’océan. Bien que capitale du pays, elle est sensiblement plus petite qu’Auckland avec dans les 500 000 habitants. Je grimpe sans tarder jusqu’aux jardins botaniques, d’où on a une belle vue !

 

Le jour suivant, le temps étant moins favorable (pour ne pas dire carrément pourri) , une visite de Te Papa, le musée national, s’impose ! En plus d’être extrêmement interessant et de traiter de nombreux sujets (biodiversité locale, géologie du pays, transformation des paysages depuis l’arrivée de l’homme il y a 800 ans et des Européens il y a 200 ans, histoire du pays des coutumes Maories à aujourd’hui en passant par les traités de Waitangi, et une exposition temporaire sur la bataille de Gallipoli montée avec l’aide des studios Weta) de façon très ludique, le musée présente l’avantage non-négligeable d’être gratuit, très bonne journée donc !

 

Le 28 Janvier, après une courte balade en ville je me rends avec un ami allemand aux Weta Caves, studio de cinéma longtemps local mais qui fait depuis une vingtaine d’années les effets spéciaux de gros films, à commencer par le Seigneur des anneaux. Le tour se révèle très intéressant. On enchaîne par un petit tour sur le Mont Victoria surplombant la ville avec une option « hobbit », certaines scènes du Seigneur des Anneaux ayant été filmées ici, à quelques minutes du centre-ville.

Hier, j’ai voulu aller aux Putangirua Pinnacles, à 2h à l’Est de Wellington. Je prends donc le train (une sorte de RER) jusqu’à Featherston, à 1h du centre (une ville remplie de boutiques d’antiquaires), puis tente le stop. Je suis d’abord pris par un pêcheur en route pour le lac Ferry, puis un charpentier et sa femme qui se rendent au cap Palliser pour le week-end. Ils me laissent au départ du chemin. Après 3/4 d’heure à remonter le lit du ruisseau, voici les Pinnacles ! Ils vous diront quelque chose si vous avez vu Braindead ou le Seigneur des Annaux (encore et toujours, difficile d’y échapper !).

Il s’avère quasi-impossible de retrouver les plans exacts des films, le paysage ayant surement changé du fait de l’erosion rapide de l’endroit. Mais ça n’a finalement que peu d’importance, la majesté du lieu se suffisant à elle-même.

Après être redescendu, je refait su stop pour aller au Cap Palliser. Il y a très peu de monde sur cette route mais moins il y a de monde, plus les gens s’arrêtent (la pitié m’voyez). Un professeur de maori m’emmène jusqu’à Ngawi, d’où je marche une petite heure pour arriver au cap, où vit une colonie d’otaries. Deux aveyronnais, intrigués par mon t-shirt « Université de Toulouse », m’alpaguent, je fais le voyage du retour avec eux (avec nouvelle escale aux Pinnacles, vue de dessus cette fois) puis la soirée !

Je profite en ce moment de l’excellente wi-fi du musée Te Papa (celle de mon auberge étant limitée à 1h par jour…) et demain, c’est le départ pour l’île du Sud !

 

wp-1458116570686.jpeg
Petite carte pour résumer mes péripéties sur l’île du Nord

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s