Chapitre 11 : Defenders of the Bu-Tik Palace

Chthonic – Defenders of the Bu-Tik Palace

(Une fois n’est pas coutume, un peu de Black metal taïwanais, histoire de désencrasser les esgourdes dans les chaumières. Le titre n’a aucun rapport avec l’article mais celui de la chanson de Jacques Dutronc à laquelle j’ai évidemment pensé n’était pas mieux !)

C’est maintenant à peu près certain, je ne reviendrai pas exactement avec un niveau de chinois courant. Et ce, malgré de beaux efforts en la matière : saviez-vous vous par exemple que « déshabille-toi » se dit « Tokwan » dans l’Empire du Milieu ?

La langue est bien sûr très compliquée pour un européen, et encore je n’ai essayé que l’oral… Et s’il n’y avait qu’une seule langue chinoise ! Vu d’Europe tous les Chinois parlent chinois, et tous les Malais, malais… En fait c’est un joyeux bordel que je vais essayer d’expliquer dans cet article. Enfin, ce que j’en ai compris.

Déjà, d’où viennent mes colocataires ? La composition de la maison (tenue par des taïwanais, pour les deux du fond qui suivent pas) change avec le temps. Quand je suis arrivé, il y avait (si je me souviens bien) 6 chinois, 6 hongkongais, 4 taïwanais, 5 malaisiens, 2 singapouriennes et un singapouro-taïwanais qui était le seul avec moi à ne pas parler mandarin.

Aujourd’hui après quelques départs et arrivées il y a moins de chinois, hongkongais et taïwanais, mais beaucoup plus de malaisiens qui doivent être une dizaine. Il y a également deux japonais, arrivés hier.

Pour vous aider à vous représenter tout ça, j’ai établi une carte des voyageurs rencontrés dans le pays. J’avais déjà mis le lien dans l’article précédent mais j’ai le sentiment que ça pourrait vous être utile pour les explications qui vont suivre. Tout en gardant à l’esprit que tous les colocataires ne sont pas représentés sur la carte (seulement ceux avec qui j’ai discuté suffisamment pour avoir une idée de leur lieu d’origine – souvent à la ville près, parfois seulement la province), et que tous les voyageurs représentés sur la carte ne sont pas forcément mes colocataires !

Pour commencer, il y a plein de langues chinoises différentes. Elles s’écrivent plus ou moins avec les mêmes idéogrammes mais ceux-ci se prononcent différemment, et un locuteur d’une des langues ne comprendra pas une autre s’il ne l’a pas apprise. Dans le Nord de la Chine, le mandarin est la langue maternelle la plus répandue, mais dans le Sud il y a énormément de langages différents. Le cantonais notamment est parlé autour de Canton et aussi à Hongkong. Des patois, ouais si on veut, mais à chaque fois le nombre de locuteurs se compte en dizaines de millions. Il y a plus de locuteurs du cantonais (71 millions) que d’habitants en France !

Heureusement (ou pas) le pouvoir central chinois a imposé l’apprentissage du mandarin, qui étais déjà une langue qui permettait de communiquer entre les habitants du pays à toute sa population. Ainsi tout le monde peut se comprendre dans la joie et la bonne humeur. Mais ça n’empêche pas les cantonais et hongkongais quand ils sont entre eux de se parler en cantonais !

À Singapour, il n’y a pas que des chinois mais aussi des malais et d’autres peuples (indiens, européens…) la ville étant historiquement un port cosmopolite. La langue de communication est donc l’anglais, et c’est devenu la langue maternelle de certains habitants. Des 4 singapouriens (chinois) rencontrés jusqu’ici 3 ont l’anglais comme langue maternelle.

Enfin, il y a quelques jours est arrivé dans la maison le premier Malais de Malaisie ! Car jusqu’ici tous les Malaisiens de la maison étaient des Chinois (comprendre : ils habitent en Malaisie mais sont Chinois). Il y aurait (statistiques à la louche par les Malais) dans le pays 70% de Malais, 20% de Chinois, 5-10% d’Indiens et 2%… d’indigènes, les Malais étant à la base plutôt venus d’Indonésie.

Vous trouvez ça compliqué ? Dites-vous que les Chinois de Malaisie eux-mêmes ne parlent pas tous le même langage. À Penang par exemple le hokkien (originellement une langue parlée à l’est de Canton) est la langue de communication usuelle entre Chinois. Autour de Kuala Lumpur on parlera plutôt cantonais… Et l’État rend obligatoire l’apprentissage du malais et de l’anglais, mais certainement pas du mandarin. La plupart des chinois du pays le parlent tout de même car ils vont dans des écoles chinoises.

Taïwan, qui a fait sécession de la Chine il y a 60 ans, a également son parler local, qui est une variante du hokkien, mais les taïwanais savent parler mandarin.

Ainsi donc, dans la maison aujourd’hui, ne parlent pas mandarin :
– le Singapouro-taïwanais (il s’appelle Ignatius)
– les deux Japonais
– le Malais authentique
– une fille de Penang (Malaisie), chinoise mais ne parlant que hokkien
– le Français (c’est moi)

Les conversations se font donc, dans les dialectes locaux entre cantonais, hokkien, japonais ; en mandarin pour la plupart, ou en anglais quand un non-sinophone est impliqué. Ça, c’est en théorie. En pratique les Malaisiens aiment beaucoup mélanger 3 langues dans une même conversation, voire une même phrase.

En fait l’anglais est, selon le niveau des personnes, souvent réduit à sa fonction basique de communication internationale. C’est pourquoi je ne suis pas sûr que mon niveau d’anglais en ressorte renforcé, et il entre même dans le domaine du possible que je revienne de Nouvelle-Zélande avec un léger accent malaisien/singapourien (et l’accent malaisien, c’est quelque chose !).

Enfin, le temps se réchauffe et la vie continue, on a récemment découvert que les propriétaires ont une guitare ce qui donne lieu à de belles soirées sur la terrasse.

Samedi je suis parti avec Julien à Long Bay, réserve naturelle où on a mangé des sushis, et dimanche à Takapuna Beach, plage volcanique le long de laquelle sont construites beaucoup de maisons luxueuses. On a mangé (et bu) belge puis je me suis baigné en entier pour la première fois, l’eau était fraiche mais franchement abordable. Je vais finir par connaître toutes les plages de la côte Est !

Je n’ai encore aucune idée de la suite des opérations mais je vous tiens bien sûr au courant.

4 réflexions sur “Chapitre 11 : Defenders of the Bu-Tik Palace

  1. Rolande Ferrer

    C est un vrai reportage! C est vraiment agréable tu nous fais voyager… jeme demande si ce n est pas épuisant d avoir un si grand mélange de langues…dès ton retour on veut goûter ces bons gâteaux!!!!
    Bonne route!!!bisous des sétois…..pierre ugo juliette et moi!

    J’aime

  2. cathy

    Salut à toi, lointain camarade.
    C’est assise au coin du feu, ma place préférée, que je suis tes aventures zélandaises, avec beaucoup d’intérêts,certains soirs , j’y retourne,pour m’évader un peu.
    Tu sembles vivre de belles expériences, toutes plus intéressantes les unes des autres, et ces photos d’océan, on ne s’en lasse pas!! Pour les musiques, j’essaie de m’ouvrir…….!
    Ici premier frimas de l’hiver, les kakis sont mûrs(clin d’oeil à ta mère) et on guette les cimes dans l’attente du blanc scintillant .
    Concernant les langues, tu devrais essayer en chantant, au bout d’un moment on s’imprègne (occitan, catalan, italien, géorgien, basque, corse, arménien, ne trouverais tu pas une berceuse en mandarin, malais ou autre pour compléter mon répertoire de chant?)
    Avec beaucoup de joie et d’impatience pour tes prochaines news, je t’envoie de bonnes bises gersoises.

    J’aime

    1. Salut ! Content d’apporter un peu de Printemps dans ton Automne ! Toutes les chansons ne seront pas comme celle-ci je te rassure.
      J’ai essayé d’apprendre une chanson en mandarin mais je t’assure que c’est pas facile ! Mais petit à petit j’apprends quand-même quelques phrases et expressions.
      Merci ! Des bisous aussi à toi et à la famille !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s